Erzetich Bacillus Tilia : surprenant à tous niveaux

Erzetich Bacillus Tilia : surprenant à tous niveaux
Système de référence: 

Système Axel - Haute-Fidélité (écouteurs) - 2014

Sources: 
Aurender S10, Hegel CDP2A MK2, Rega RP-1
Convertisseurs: 
EMM Labs DAC2X
Amplification: 
Hegel P20, Music Hall PA1.2, Carot One Fabriziolo
Ecouteurs: 
Beyerdynamic Custom One Pro
Conditionnement réseau: 
GigaWatt PC-2 EVO, Accustic Arts Powerstrip Passive
Supports: 
Atacama Eris Eco
Câbles: 
Stealth Audio Varidig Sextet, Atlas EOS, ClearerAudio Copper Line Alpha Plus, GigaWatt LS1 MK2 / LC2 MK3, AudioQuest Forest Network, AudioQuest Big Sur

Si la façade du Bacillus Tilia se veut sobre et classique, son boitier en bois sombre, parsemé de griffes et de coups, attise pour sa part la curiosité. Mais en dehors d'un design atemporel étrange, c'est aussi la restitution sonore de ce petit Erzetich qui nous a surpris.

Erzetich est une de ces trop rares marques qui fabrique encore ses appareils en petites séries, à la main, dans les règles de l'art. Établie en plein milieu d'une forêt slovène, l'entreprise se concentre sur la conception d'amplificateurs pour casque et de quelques accessoires. La fabrication des appareils de la marque fait principalement appel à de l'aluminium et du plexiglas, mais Erzetich profite également de son implantation pour utiliser le symbole de la Slovénie, le tilleul, dans la conception de deux de ses produits. Ceux-ci, le Bacillus Tilia et le Deimos, proposent ainsi un look pour le moins original, alliant métal et bois artificiellement vieilli, de manière aléatoire et donc totalement unique sur chaque pièce produite.

Le Bacillus Tilia est le deuxième amplificateur pour casque de la gamme du fabricant. Affiché à 799 euros (les prix des autres appareils de la gamme s'étendent de 499 et 4000 euros), Erzetich le présente comme son amplificateur le plus versatile, conçu pour proposer un excellent rendu sonore quelque soit le genre de musique écouté.

Les composants électroniques utilisés dans la conception interne du Bacillus Tilia, méticuleusement choisis par le fabricant, sont relativement peu nombreux. Et il n'est d'ailleurs nullement question de superflu ici : cet amplificateur se concentre volontairement sur le strict minimum, à savoir une entrée stéréo avec des connecteurs RCA plaqués or, un connecteur d'alimentation standard, un interrupteur de mise sous tension, une sortie jack 6.35mm, et un potentiomètre de réglage du volume. Le but de Erzetich est clairement avoué : tout miser sur la qualité de fabrication et de restitution, plutôt que sur des gadgets ou fonctionnalités inutiles.

Système et casques utilisés

Durant les quelques semaines que j'ai passées avec le Erzetich Bacillus Tilia, je l'ai principalement utilisé connecté directement sur la sortie asymétrique de notre DAC EmmLabs, lui-même raccordé à notre Aurender S10. 

A l'autre extrémité de la chaîne, j'ai eu l'opportunité de pouvoir essayer en alternance trois casques très différents sur cet amplificateur : notre Beyerdynamic Custom One Pro, casque circum-aural fermé à membranes néodyme et pourvu d'un système de gestion des basses réglables ; nos écouteurs LKPR No Comply de type supra-aural, au design fermé également mais destinés à une utilisation nomade et pourvus de membranes en microfibres cellulosiques ; et enfin - par chance - un Audeze LCD-2, casque orthoplanar ouvert haut-de-gamme. Le Audeze est un casque que je connais maintenant bien, mais que je n'ai (malheureusement) pas à disposition habituellement.

Les trois casques utilisés l'ont été avec leur câble d'origine, si ce n'est le No Comply, qui pour des raisons techniques (voir notre essai à son sujet) a été connecté au Bacillus Tilia avec une paire de câbles de modulation standards, tout ce qu'il y a de plus basique.

Ecoute

Le titre de cet essai ne laisse pas trop de place au doute : le Bacillus Tilia m'a d'emblée positivement surpris. 

Déjà, parce que c'était la première fois que j'entendais les Audeze LCD-2 descendre si loin dans le bas du spectre tout en gardant suffisamment de puissance. Globalement d'ailleurs, mes expériences avec des casques de type orthoplanar m'avaient jusqu'à présent toujours laissé un petit arrière-goût de trop peu à ce niveau : que ce soit avec des Audeze ou avec les Oppo PM-1, et qu'ils aient été connectés sur mon petit Fabriziolo, sur le Oppo HA-1 ou sur un amplificateur non-dédié, j'avais à chaque fois été déçu de la manière dont ces casques reproduisaient les graves, qui n'étaient certes pas absents de la restitution, mais trop faibles à mon goût dans l'équilibre général. A ce niveau, le Erzetich devrait donc ravir ceux qui, comme moi, apprécient d'avoir un peu plus d'ampleur sur les basses fréquences.

Cette faculté à donner du "coffre" aux graves permet d'ailleurs au Bacillus Tilia de proposer un rendu très équilibré sur l'ensemble du spectre, sans pour autant céder quoique ce soit en terme de dynamique : sur un titre comme "Radiate" de Jack Johnson, le rendu global fait preuve d'une très belle maîtrise. Les attaques sont franches, les notes de guitare ont du poids, et le tout est parfaitement contenu.

On retrouve en outre les mêmes impressions sur le morceau "Shot Reverse Shot" du même auteur-compositeur-interprète, qui permet également de goûter à l'excellent niveau de détail de l'amplificateur Erzetich. Ce niveau de détail, on le perçoit aussi aisément sur "Hotel California (Unplugged)" des Eagles, sur lequel chaque note de guitare résonne et vibre parfaitement. Sur ce titre, on appréciera aussi la scène sonore proposée par le Bacillus Tilia, qui fait preuve de précision et offre une belle aération entre les instruments. L'écoute est agréable, fluide, et restitue toute l'émotion dans le jeu des interprètes.

Ensuite, si ce petit amplificateur m'a réellement surpris, c'est aussi parce que quand on parle de dynamique et d'équilibre global, il suffit de lui faire jouer le titre "Monument (Inevitable End Edition)" du groupe norvégien Röyksopp pour se rendre compte de ce qu'il est capable de délivrer lorsqu'il est couplé à un bon casque : un rendu impactant, énergique, profond, détaillé et encore une fois, parfaitement maîtrisé.

Enfin, il faut souligner que le Bacillus Tilia propose une restitution plutôt chaleureuse. A aucun moment cela ne m'a semblé avoir une influence néfaste sur le rendu global, et de manière assez logique, cela donne à cet Erzetich la faculté de ne jamais être fatiguant, sans pour autant le rendre ennuyeux ou "mou". Cependant, cet aspect du rendu proposé par l'appareil pourrait être un défaut aux yeux des audiophiles préférant un rendu plus clair, plus brillant, ou avec une propension à plus de rapidité.

5

Conclusion

Le Erzetich Bacillus Tilia a presque tout pour plaire : sa restitution équilibrée et dynamique, ses basses profondes et bien articulées, son très bon niveau de détail et sa scène sonore ample font de lui un excellent produit, que je ne peux que vous exhorter à écouter si vous êtes à la recherche d'un amplificateur pour casque.

Proposé à un prix relativement abordable, et capable de gérer avec beaucoup de maîtrise n'importe quel style musical, cet appareil propose d'excellentes performances sans vraiment avoir de défauts majeurs. De fait, outre son design particulier qui peut ne pas plaire, seul le caractère chaleureux de son rendu sonore pourrait, à mon sens, représenter un défaut en fonction des goûts personnels de chacun.

En parallèle à cet essai du Bacillus Tilia, il me semble indispensable de préciser que j'ai trouvé l'association du Erzetich et de l'Audeze LCD-2 particulièrement réussie. Très concrètement, j'ai rarement eu l'occasion d'avoir une aussi belle écoute au casque dans cette gamme de prix, et en toute honnêteté, j'aurais aimé pouvoir garder ces appareils dans mon salon bien plus longtemps. 

Marque: 
Modèle: 
Bacillus Tilia
Prix indicatif: 
799 euros
Caractéristiques techniques: 

Impédance : 8-600 ohm
Puissance de sortie : 181.5 mW (8 ohm) 161 mW (600 ohm)
Réponse en fréquence : 3 Hz-500 kHz, -1dB
Distortion harmonique toale (1 kHz) : 0.0002 %
Intermodulation : 0.034 %
Consommation : 3W
Rapport signal/bruit : >104 dB
Dimensions (Largeur x Hauteur x Profondeur) : 130 mm x 90 mm x 160 mm
Poids : 1010 g

Commentez avec    Disqus Facebook Google+