PureAudio Control Preamp : superbement musical

Préamplificateur PureAudio Control
Système de référence: 

Système Axel - Haute-Fidélité - 2014

Sources: 
Aurender S10, Hegel CDP2A MK2, Rega RP-1
Convertisseurs: 
EMM Labs DAC2X
Amplification: 
Hegel P20, Hegel H4SE, Music Hall PA1.2
Enceintes: 
Rockport Technologies Atria
Ecouteurs: 
Beyerdynamic Custom One Pro
Conditionnement réseau: 
GigaWatt PC-2 EVO (avec carte DCB), Accustic Arts Powerstrip Passive
Supports: 
Atacama Eris Eco
Câbles: 
Stealth Audio Varidig Sextet, Organic Audio, Chord Indigo Tuned Aray, Chord Signature Digital Tuned Aray, Argento Audio Serenity SE, Atlas EOS, ClearerAudio Copper Line Alpha Plus, GigaWatt LS1 MK2 / LS1 MK1, AudioQuest Forest Network, AudioQuest Big Sur

Plus de musique, moins de technologie. Tel est le slogan énoncé par Gary Morrison et Ross Stevens, les responsables du développement des produits chez PureAudio. Et de fait, le préamplificateur de la marque ne déroge pas à cette règle. Proposant une conception minimaliste basée sur des techniques simples - mais efficaces - dont tout le but est d'être au service de la musique, celle-ci est restituée de la manière la plus pure possible.

Encore relativement peu connue en Europe, PureAudio est une jeune société néo-zélandaise dont la gamme actuelle propose un préamplificateur, un bloc de puissance mono en classe A et un préamplificateur phono. Par ailleurs, on nous souffle à l'oreille qu'un bloc de puissance stéréo devrait bientôt venir renforcer cette gamme. Créée en 2009, la marque bénéficie cependant d'une longue expertise dans le domaine de la haute-fidélité : en effet, ses deux co-propriétaires, Gary Morrison et Ross Stevens, travaillaient tous deux au développement des produits phares de la marque Plinius jusqu'en 2005.

Présentation

​D'emblée, le préamplificateur de la marque intrigue par son design architectural et sa façade ultra-simplifiée. Ni écran, ni boutons, ni rien de superflu ici : rien qu'un indicateur lumineux de mise sous tension, et un gros potentiomètre de volume bien lisible. 

Original, ce potentiomètre de volume fonctionne par crans successifs, produisant à chaque fois un "clic" lors du passage au niveau suivant ou précédent. En le tournant en position "0", le potentiomètre provoque la mise en veille du préamplificateur. A noter que sur notre système, le premier cran après la position de veille offre un volume sonore déjà un brin trop élevé pour diffuser de la musique en fond lors de réceptions entre amis.

En ouvrant le boîtier construit d'aluminium épais et d'acier inoxydable, conçu pour n'être ni résonnant ni magnétique, on ne trouve dans les entrailles de cet l'appareil aucun microprocesseur, ni d'ailleurs aucun composant susceptible d'engendrer du bruit électronique. A la place, le réglage de volume induit par le gros potentiomètre dont nous parlions précédemment se fait par un atténuateur de haute précision à trente-deux étapes, utilisant des résistances Vishay-Dale non-magnétiques, et n'ayant de fait aucune influence sur le signal passant à travers. La conception du préamplificateur est réalisée en double mono, séparant chacun des deux canaux stéréo tant au niveau de leur alimentation, qu'au niveau du chemin du signal et de la mise à la masse.

Sobre et surprenant (oserait-on dire "étrange" ?), le design de l'appareil ne laisse en tout cas pas indifférent : les côtés et le dessus du boîtier en aluminium présentent de multiples découpes en forme de triangles imbriqués qui laissent apparaître un grillage en acier inoxydable. Détail d'importance, PureAudio récupère les triangles ainsi découpés pour concevoir les radiateurs de dissipation qu'il utilise dans ses monoblocs.

​Sur la face arrière du préamplificateur, on note la présence de quatre entrées ligne, d'une entrée de type bypass (qui peut être désactivée via un interrupteur), ainsi que de deux sorties ligne. Une paire entrée / sortie pour trigger 12V est également proposée.

Un point important surprend à la vue de la connectique de l'appareil : toutes les connexions sont de type RCA, asymétriques. En effet, PureAudio a fait le choix de ne proposer aucune connexion en XLR sur ses appareils. Ce choix technique, pour le moins surprenant au vu de la tendance actuelle, le constructeur néo-zélandais le justifie en expliquant que dans des applications domestiques où les longueurs de câble sont faibles, les connexions symétriques n'offrent aucun avantage significatif (voir le contraire), sauf si la mise à la masse et le traitement du signal de l'appareil ont été mal conçus. L'explication détaillée et (très) intéressante se trouve sur une page dédiée du site web de la marque, qui met en avant la manière rigoureuse avec laquelle ses préamplificateurs et monoblocs sont conçus, en certifiant que leur choix de n'utiliser que des connexions asymétriques ne sert qu'un seul but : offrir le meilleur rendu sonore possible.

Enfin, la télécommande est à l'image de la façade du PureAudio : sobre ! Celle-ci ne propose que deux boutons, permettant respectivement d'augmenter ou diminuer le volume (et de mettre le préamplificateur en veille en réglant le volume au minimum).

Ecoute

A l'écoute, le préamplificateur PureAudio impressionne par sa musicalité sans reproches. Naturel et détaillé, l'appareil se fait vite oublier pour laisser place à la musique, et rien qu'elle. 

Sur de nombreux morceaux que nous connaissons bien, nous avons été étonnés par sa capacité à remettre à leur place chaque détail, chaque instrument, chaque voix. Le titre "Dulce Caravela" de Katia Guerreiro permet de se faire une bonne idée de ce dont ce préamplificateur est capable : la voix sonne naturelle et détaillée, les aigus sont superbement maîtrisés, et chaque corde vibre avec ampleur et précision. On retrouve ces mêmes impressions avec "Baby I'm A Fool" sur l'album en concert à Paris de Melody Gardot. Sur ce morceau enregistré en live, il suffit de fermer les yeux pour être convaincu d'être dans la salle de concert, à trois rangs de la scène. Un vrai bonheur.

On notera que l'aptitude du préamplificateur PureAudio a restituer les détails fait aussi plus facilement ressortir les défauts (qu'ils soient bienvenus ou non) des enregistrements. Ceci est très perceptible avec le même morceau de Melody Gardot, sur lequel le bruit de fond de l'enregistrement se fait nettement moins discret que sur notre référence actuelle, le Hegel P20. 

Sur "Private Investigations" de Dire Straits, l'articulation de la guitare est magnifique : à chaque note, les attaques sont propres, la résonance maîtrisée, et les vibrations parfaitement restituées. Avec ce titre, on remarque aussi tout de suite la faculté de l'appareil à donner de l'espace aux instruments et à les placer avec précision au sein de la scène sonore. Ces impressions se confirment sur "Hotel California - Unplugged" des Eagles, où la restitution offerte par le préamplificateur PureAudio permet de localiser précisément chaque interprète sur la scène, aussi bien dans le plan horizontal que vertical.

En moins structuré, le titre "The Islander" du groupe finlandais Nightwish mettra en lumière la capacité du préamplificateur à donner de la matière à la restitution, tout en gagnant également en largeur de la scène sonore et en intensité dans les détails. Ici, on sent particulièrement que le rendu est plus incisif, plus précis et plus riche qu'avec notre Hegel P20. Certes, ce dernier n'est pas dans la même gamme de prix, mais nous avons déjà eu l'occasion d'écouter nombre de préamplificateurs, parfois nettement plus onéreux, sans ressentir un tel bon en avant. Le P20 reste une valeur sûre au rapport qualité / prix excellent, mais ne fait tout simplement pas le poids face au PureAudio.

Au début de ce paragraphe consacré à l'écoute de l'appareil, nous vous disions que celui-ci faisait preuve d'une capacité étonnante à remettre les détails, les instruments, mais aussi les voix à leur place. Et de fait, sur de nombreux titres dont "It's a Miracle" de Roger Waters, "Radiate" de Jack Johnson ou encore le splendide "The Curse" d'Agnes Obel, le préamplificateur néo-zélandais arrive majestueusement à détacher les voix de l'arrière plan et à les remettre à leur place, c'est à dire au devant de la scène. Une belle prouesse, qui ajoute au naturel de l'ensemble de la restitution et donne au PureAudio un côté encore plus musical.

Enfin, le préamplificateur PureAudio fait preuve de délicatesse et de finesse, mais il joue également avec plaisir et facilité des genres musicaux nécessitant plus de dynamique : sur des titres comme "I Love You" de Woodkid, ou encore "Black Ice" de AC/DC, le préamplificateur ne perd jamais pied et tient bien le rythme, tout en faisant preuve d'une large plage dynamique.

5

Conclusion

Dire que le temps passé avec ce PureAudio fut un plaisir serait un euphémisme : superbement musical et naturel, ce préamplificateur offre une restitution sonore de haut niveau, qui n'a eut de cesse de nous donner entière satisfaction tout au long de cet essai. Sa restitution riche, ample et détaillée nous a beaucoup plu ; sa propension a remettre les voix parfaitement à leur place, quant à elle, nous a tout simplement conquis.

Sans forcément remettre en cause le choix du constructeur de n'utiliser que des connexions asymétriques, il est cependant important de souligner que le manque de connectiques XLR peut se montrer fort contraignant à l'usage, nombre de blocs de puissance actuellement sur le marché ne proposant que des entrées symétriques.

En fait, au fil de ces lignes, le mot qui nous revient sans cesse en tête lorsqu'on pense au PureAudio est "naturel". Et ce mot lui convient en réalité à merveille, exprimant bien la manière fluide avec laquelle les notes en sortent, au point qu'il se fait vite oublier pour laisser toute la place à la magie de la musique, sans rien y ajouter, ni en retirer. Le résultat est à l'image du nom de la société : pur.

Pour conclure, nous nous devons de préciser que le préamplificateur PureAudio constitue dorénavant une nouvelle référence pour nous, et que nous serions ravis de lui offrir une place permanente au sein de notre système lorsque l'occasion se présentera.

Marque: 
Modèle: 
Control Preamplifier
Prix indicatif: 
8100 euros
Caractéristiques techniques: 

Entrées : 4 entrées ligne, 1 directe et 3 auto-sélectionnées, 1 entrée bypass
Sorties : 2 paires de sorties ligne
Contrôle : déclencheur 12V entrée et sortie
Réponse en fréquence : plate de DC à plus de 100Khz
Impédance en entrée : 50k Ohms
Impédance en sortie : 100 Ohms
Distorsion : <0.01% en utilisation normale
Bruit : inaudible
Consommation : 25 watts
Dimensions : 410mm x 480mm x 115mm (P x L x H)
Poids : 12 kgs
Télécommande : volume + et volume -

Commentez avec    Disqus Facebook Google+