High End Brussels 2014 - Partie 1

High-End Brussels 2014

Le week-end des 25 et 26 novembre avait lieu à Bruxelles la première édition du High-End Brussels Hi-Fi Show. Salon dédié à la Haute-Fidélité exclusivement, il regroupait pour cette première année pas moins de huit enseignes belges, pour un total de 15 salles de démonstration.

Nous avons eu le plaisir de parcourir ce salon de long en large, de discuter avec la plupart des exposants, et de consacrer plusieurs dizaines de minutes à l'écoute de chaque système proposé. De quoi donc vous proposer un compte-rendu relativement complet de ce rendez-vous musical qui nous a laissé d'excellentes impressions, et quelques déceptions aussi.

Vu le nombre important de photos que nous souhaitions vous proposer et pour plus de clarté, ce reportage a été scindé en trois parties. La deuxième partie est disponible ici, et la troisième ici.

Les salles proposées par Colab

Pour commencer, l'enseigne Colab présentait trois systèmes complets, chacun dans une salle dédiée. Le premier système, le plus modeste, était composé d'enceintes Russell K Red100 et d'un amplificateur Micromega My Amp. Plutôt plaisante, la restitution sonore proposée par ce système était de bon niveau. Les enceintes Russel K Red100 ont un rendu très propre, sont compactes, et les différentes finitions proposées permettent de les intégrer facilement dans un salon ou un bureau de taille modeste.

La deuxième salle proposait un système d'un tout autre niveau, composé d'électroniques Metronome Technologie (C8 et T5 Signature), Vitus Audio et Kondo Overture. Une platine Kuzma était également à l'honneur, et le tout était connecté aux grandes Focal Scala V2. Cette salle était bondée en permanence, ce qui ne facilite évidemment pas l'écoute du système dans de bonnes conditions, mais montre à quel point les visiteurs du salon étaient attirés et par la qualité du rendu, et par la réputation du matériel utilisé. Et la qualité était bel et bien au rendez-vous : bien que nous n'ayons jamais été convaincus par les enceintes Scala, que nous trouvons peu homogènes dans leur rendu, il était indéniable que celles-ci étaient particulièrement bien mises en oeuvre par Colab dans cette salle de démonstration. 

Enfin, la troisième et dernière salle proposée par cette enseigne présentait elle aussi un système de haut niveau, articulé autour d'électroniques Metronome Technologie Nausicaa et Calypso, Kondo Souga et Allnic ; incluant également une platine Trans Rotor et les impressionnantes enceintes OVO de Pol Quadens. La restitution de ce système était dynamique et détaillée, avec une scène sonore large, de beaux timbres et une belle matière. Par contre, les enceintes OVO avaient tendance à perdre en précision et en netteté dans le grave et le bas-médium, perdant ainsi un peu d'homogénéité dans le rendu global. 

Les salles proposées par Noir & Blanc

De son côté, l'enseigne bruxelloise Noir & Blanc proposait trois salles également. La plus petite de celles-ci présentait un système à base d'électroniques Luxman L-507uX et D-05, couplée à des enceintes Cabasse Iroise 3. Le rendu offert par ce système était sans grande surprise : l'intégré Luxman a un côté chaleureux très agréable qu'on retrouvait avec plaisir dans cette configuration simple mais efficace.

La deuxième salle, quant à elle, présentait les nouvelles gammes de chez Hegel, Raidho et Scansonic. Deux systèmes étaient réunis au sein d'une même mise en oeuvre : le premier, plutôt entrée de gamme, était composé d'enceintes Scansonic MB2.5, alimentées par le tout nouvel intégré Hegel H160 et un ordinateur portable en source. L'écoute offrait une scène sonore étendue, une excellente définition dans les médiums, et une bonne assise dans les graves. Le nouvel intégré Hegel est fidèle à ce que la marque a l'habitude de proposer : dynamique, doté d'une jolie sonorité typée "tubes", et proposant de beaux timbres. Le rendu global nous a cependant paru légèrement "rond" par moments, mais le câble utilisé entre l'ampli et les haut-parleurs était un Ansuz haut-de-gamme, surdimensionné par rapport à la configuration, ce qui pourrait expliquer ce ressenti. Vu le prix de l'ensemble, ce système reste une très bonne surprise d'un point de vue rapport qualité/prix.

Le deuxième système présenté au sein de cette mise en oeuvre pouvait être perçu comme le grand frère du précédent : animé par les électroniques Hegel CDP-2A, HD12, P30 et H4SE, la restitution finale était assurée par les petites Raidho X1, qui n'ont de petites que le nom. Très clairement, ces enceintes que nous écoutions ici pour la première fois sont impressionnantes pour leur taille, et ne montrent leurs limites que dans l'extrême grave ou sur les attaques très franches. Le rendu était puissant et précis, agrémenté du côté clair et aéré des câbles Ansuz.

​Enfin, la salle principale de l'enseigne Noir & Blanc proposait un système haut-de-gamme particulièrement intéressant, composé d'un lecteur Esoteric K-03X, du duo de convertisseurs mono Esoteric Grandioso D1, d'un pré-amplificateur Gryphon Athena, du dernier prototype de bloc de puissance stéréo Gryphon Antileon Evo (en exclusivité mondiale), ainsi que d'une platine Spiral Groove SG1.1 et des enceintes Rockport Technologies Atria. Parallèlement à cela, cette salle avait également fait l'objet d'un traitement acoustique simple mais pointilleux : six éléments modulables en plexiglass du fabricant suédois Svanå Miljöteknik étaient positionnés sur les côtés et derrière les Atria (ceux-ci sont visibles sur la photo en entête de notre article).

Nous avions déjà pu juger de l'excellente restitution des appareils Esoteric Grandioso lors de leur présentation à Bruxelles il y a quelques mois, et nous connaissons particulièrement bien les Atria, qui occupent une place importante au sein de notre système de référence. Nous étions cependant impatients de découvrir la nouvelle version du (volumineux) bloc de puissance Antileon, et curieux d'entendre ce que donnerait cet assemblage Esoteric - Gryphon - Rockport. Clairement, nous n'avons pas été déçus par la puissance maîtrisée et la finesse du bloc Gryphon, qui dirigeait l'ensemble de ce système avec fermeté et précision, en véritable chef d'orchestre. Mais le plus important est l'impression générale laissée par cet ensemble tout simplement impressionnant, offrant un restitution hors-normes, naturelle, puissante, et surtout vivante. Un système de très haut niveau à un prix de très haut niveau aussi, mais sans aucun doute une des plus belles écoutes de ce salon.

La suite du reportage dédié au salon High End Brussels ici : partie 2.

 

Commentez avec    Disqus Facebook Google+