New Music High End Innovation 2014

New Music High End Innovation 2014

Les 8 et 9 novembre 2014 se tenait à Bruxelles le salon New Music High End Innovation. Avec plus de septante marques représentées dans une trentaine de salles, ce salon fait sans le moindre doute partie des événements incontournables du petit monde de la Haute-Fidélité et du Home-Cinéma en Belgique.

Cette nouvelle édition du salon organisé par l'enseigne bruxelloise New Music se tenait cette fois à l'Hôtel Courtyard d'Evere. Riche en découvertes, cet événement était l'occasion de prêter une oreille attentive à de nombreux systèmes plus ou moins haut-de-gamme, et de goûter à certaines associations originales qu'il n'est pas courant de trouver en dehors de ce genre de manifestation.

Notons au passage que l'organisation de ce salon est une affaire bien rodée, et qu'une attention particulière est portée à la présentation générale de celui-ci : fascicule incluant les plans des trois étages, explications à l'entrée, affichage clair des marques représentées à l'entrée de chaque salle, ... bref, une série de bonnes intentions qui permettaient aux très nombreux visiteurs de s'y retrouver sans difficulté.

Un salon dédié à la Haute-Fidélité (et dans une moindre mesure ici, au Home-Cinéma), c'est à la fois avoir le plaisir de vivre de très bonnes surprises, et le risque de ressentir quelques déceptions. Ce salon New Music High End Innovation 2014 n'aura pas dérogé à la règle : dans la suite de cet article, nous vous proposons de revenir sur quelques unes de nos écoutes lors de cet événement, et d'ainsi faire part de nos impressions. Qu'elles soient mitigées, négatives ou excellentes, voici ce que notre rédaction a pensé de cette édition de ce qui est, sans aucun doute, le plus gros salon Haute-Fidélité de Belgique.

De belles écoutes

Et pour rentrer dans le vif du sujet, parlons d'abord de quelques écoutes que nous avons globalement appréciées.

C'était notamment le cas du système proposé dans la salle Anvers, constitué d'électroniques Chord et d'enceintes Sonus Faber Amati Futura : cette écoute offrait de beaux timbres, une restitution riche en détails et faisait preuve de beaucoup de dynamique. Les basses fréquences, pas assez nettes et détaillées à notre goût, avaient cependant tendance à parfois donner une impression de manque de "vie" à l'ensemble, sur certains titres. L'agencement et l'acoustique de la salle y étaient sans doute en partie responsables.

Autre écoute dont il est important de vanter les mérites, celle proposée par KEF dans la salle Athens 1. Alimentées par des électroniques Electrocompaniet, les KEF Blade ont fait très bonne impression : le rendu était propre et bien maîtrisé, profond, et impactant. Le tout faisait preuve d'une énergie impressionnante, répartie sur une large et haute scène sonore. Bien que manquant peut-être un peu de vivacité et de fluidité par moment, la restitution était de très bonne qualité, très agréable et jamais fatigante malgré le volume élevé.

Mentionnons également l'ensemble NAD et Dali de la salle Sydney : ce n'est pas vraiment une surprise, car nous avions déjà eu de très bonnes impressions des enceintes Dali par le passé (notamment lors du salon High End Brussels 2014), mais cela n'enlève rien à l'excellente restitution de ces Dali Rubicon 8, dont l'ampleur et le naturel étaient ici sublimes. L'association avec les électroniques NAD offrait un rendu très homogène, bien qu'avec un côté plutôt doux qui ne plait pas forcément à tout le monde.

Beaucoup plus intimiste, la restitution proposée par les électroniques Naim et les enceintes Neat Acoustics Momentum SX5i (accompagnés de câbles Chord Company) valait le détour également. L'écoute était très agréable, avec des timbres riches et détaillés, mais une dynamique un peu en retrait. 

Enfin, une petite salle offrait l'écoute d'un Devialet et d'enceintes Crystal Cable Arabesque Minimisso, plutôt agréable bien qu'à notre sens d'un budget fort élevé par rapport aux prestations fournies.

Quelques déceptions

Comme nous le disions plus haut, un salon de ce type vient aussi souvent avec son lot de déceptions. Et c'est évident, quelques écoutes nous ont vraiment laissés sur notre faim. Bien sûr, celles-ci n'étaient pas mauvaises pour autant : le plus souvent, nos déceptions viennent de mises en oeuvre pas assez abouties, de produits dont nous trouvons les performances en désaccord avec leur prix, ou d'associations qui ne fonctionnent tout simplement pas. 

Dans cette catégorie, citons d'ailleurs l'ensemble Triangle et Devialet de la salle Athens 2. L'écoute était certes agréable et intéressante, mais elle manquait un peu d'homogénéité et surtout de délicatesse. Notre avis est que les enceintes Triangle Signature Delta auraient mérité d'être alimentées par des électroniques plus voluptueuses et plus détaillées que ce que la marque Devialet propose. Dommage, car on sentait clairement que ces colonnes auraient pu délivrer quelque chose de nettement plus remarquable.

Nous avons également été déçus par la salle Barcelona, dont la démo était assurée par une série d'électroniques Moon, une source Aurender et des enceintes GoldenEar Triton One. Très honnêtement, nous avons trouvé la restitution globale de ce système trop douce, parfois même "molle". Les basses fréquences manquaient de rapidité et de tension. La scène sonore était cependant précise et le niveau de détail bon. 

Sans doute notre plus grande déception lors de cette édition du New Music High End Innovation, la salle Zinc proposant une écoute à base principalement d'électroniques Zanden, reliées à des enceintes Magico S3. Nous nous devons d'insister sur le fait que nous avons aimé cette écoute, dont la qualité des timbres et la finesse des détails étaient excellentes. Malheureusement, et sans doute en partie à cause de la taille de la pièce, le tout manquait cruellement de relief et de magie. Pour un système de cette gamme et composé de maillons aussi réputés, il était vraiment décevant que cet aspect de l'écoute n'ait pas été au rendez-vous.

Petite déception également du côté de Sennheiser, qui proposait deux salles dans lesquelles nous avons écouté leur emblématique HD800 sur leur nouvel amplificateur pour casque HDVA. Ce dernier nous a semblé apporter un peu trop d'agressivité dans les aigus.

Enfin, l'impressionnant ensemble McIntosh et enceintes électrostatiques Quad proposé dans la salle Seoul nous a également laissé avec un goût de trop peu. Là encore, la restitution n'était évidemment pas mauvaise du tout, mais très décevante par rapport au budget total du système présenté. Nous aurions préféré écouter ces électroniques McIntosh sur des enceintes plus démonstratives.

D'excellentes surprises

Mais en dehors de ces quelques déceptions et des écoutes globalement appréciables citées précédemment, il y a aussi les (très) agréables surprises. Nous aurions pu intégrer celles-ci dans le paragraphe des bonnes écoutes au début de cet article, mais nous estimions qu'elles méritaient d'être traitées à part et mises en avant pour leurs qualités sortant du lot.

Nous avons en effet relevé une poignée de systèmes, pas forcément parmi les plus onéreux d'ailleurs, que nous avons trouvé particulièrement intéressants - soit pour leur restitution sonore excellente, soit pour leur rapport qualité/prix de premier ordre.

Parmi ceux-ci, citons le système Arcam et KEF présenté dans une petite salle du troisième étage. Un ensemble assez abordable dont le rendu nous a laissé l'excellent souvenir d'une scène sonore étendue et d'une très belle musicalité. L'association de cet amplificateur Arcam A49 et des KEF Reference 1 était un excellent choix, proposant certes une homogénéité perfectible, mais offrant une restitution agréable, avec de beaux timbres et un naturel auquel nous ne nous attendions pas. 

Assez logiquement, nous ne pouvions pas non plus passer à côté de la salle London, où étaient présentés deux systèmes : l'un à base d'électroniques Audio Research et des grandes Wilson Audio Sasha 2, et l'autre sur base d'appareils Audio Research également, mais cette fois avec des enceintes Sonus Faber Lilium. Ces deux systèmes de haute-volée, qui comprenaient également des sources Wadia, nous ont tous deux beaucoup plu. Bien que proposant une écoute très différente, ils offraient l'un comme l'autre une restitution emplie de finesse, de profondeur et de naturel, le tout avec un excellent niveau de détail. L'ensemble équipé des enceintes Wilson Audio remporte d'une faible marge notre préférence entre les deux systèmes, pas tellement pour la qualité de sa restitution, mais plus pour la bonne surprise qu'il représente sachant que nous n'avions jamais, jusqu'à présent, autant apprécié des enceintes produites par cette marque américaine.

Et enfin, notre plus belle surprise vient sans doute du système proposé par Cambridge Audio. Articulé autour d'un amplificateur 851A, d'un lecteur 851C et des enceintes Aeromax 6, ce système très abordable proposait une écoute riche, détaillée, et faisant preuve de beaucoup de contrôle pour un ensemble de cette gamme de prix. Bien qu'ayant un côté intimiste, presque feutrée, la restitution était équilibrée, extrêmement agréable et fluide, quelque soit le style de musique joué. Une très belle réussite.

New Music High End Innovation 2014

Malgré le nombre impressionnant de visiteurs présents et la difficulté qui en découle à écouter calmement certains systèmes, cette édition du New Music High End Innovation nous aura permis de passer un excellent moment musical et, comme vous avez pu le constater, de découvrir quelques très beaux systèmes qui valaient à eux seuls le détour. Pour conclure cette article sur une note plus visuelle de ce salon, nous vous invitions à découvrir notre sélection de photos ci-dessous.

Notre prochain article du genre sera consacré au salon Haute Fidélité 2014 de Paris, article que nous préparons en ce moment et que nous publierons dès que possible !

Commentez avec    Disqus Facebook Google+