High End Brussels 2014 - Partie 2

High-End Brussels 2014

Le week-end des 25 et 26 novembre avait lieu à Bruxelles la première édition du High-End Brussels Hi-Fi Show. Salon dédié à la Haute-Fidélité exclusivement, il regroupait pour cette première année pas moins de huit enseignes belges, pour un total de 15 salles de démonstration.

Nous avons eu le plaisir de parcourir ce salon de long en large, de discuter avec la plupart des exposants, et de consacrer plusieurs dizaines de minutes à l'écoute de chaque système proposé. De quoi donc vous proposer un compte-rendu relativement complet de ce rendez-vous musical qui nous a laissé d'excellentes impressions, et quelques déceptions aussi.

Vu le nombre important de photos que nous souhaitions vous proposer et pour plus de clarté, ce reportage a été scindé en trois parties. La première partie de ce reportage est disponible ici.

Les salles proposées par Ludwig Audio

L'enseigne Ludwig Audio présentait trois systèmes différents, chacun dans une salle à part. Le système le plus impressionnant était sans nul doute celui composé d'électroniques Vitus Audio et des énormes enceintes Tidal Agoria. Basé sur les électroniques SM-011, SIA-025, MP-D201 et MP-T201 du constructeur danois, ce système était mis en oeuvre de manière à proposer une double amplification des Agoria : l'intégré SIA-025 s'occupait de l'amplification des aigus et des médiums, tandis que les monoblocs SM-011 s'occupaient de l'amplification des graves.

L'ensemble nous a beaucoup plu : nous l'avons trouvé très homogène, cohérent, et pourvu d'une très belle définition. L'ampleur du rendu sonore n'était pas en reste, avec une dynamique intéressante et une scène sonore large et précise à la fois. Le tout faisait preuve d'une belle et agréable délicatesse. Cela ne sautait pas aux oreilles immédiatement, mais le système manquait peut-être d'un peu de magie dans l'aigu : à l'écoute, nous avons eu l'impression que le haut du spectre aurait mérité d'être un peu plus mis en valeur.

Le deuxième système présenté par Ludwig Audio était composé d'enceintes Lawrence Audio Violin, d'un lecteur CD Luxman D-06 et d'un amplificateur intégré Accustic Arts Power I-MK3. Enfin, le troisième et dernier système de ce revendeur proposait également des enceintes Lawrence Audio, mais cette fois le modèle Double Bass, alimentées par une série d'électroniques Accustic Arts, dont un lecteur CD, un pré-amplificateur Preamp I et une paire de blocs de puissance Mono-II. Pour ces deux systèmes, notre avis est beaucoup plus mitigé : le rendu n'était évidemment pas mauvais, mais nous ne trouvons pas les enceintes Lawrence Audio particulièrement agréables. Le niveau de détails qu'elles proposent est intéressant, mais il nous a semblé que les deux paires présentées avaient tendance à être un peu agressives dans l'aigu. 

La salle proposée par Pink Noise

L'enseigne Pink Noise, quant à elle, proposait dans son unique salle un système composé d'enceintes Harbeth SuperHL5 Plus, d'un lecteur de musique en réseau Naim ND5XS, d'un amplificateur intégré Gato Amp-150 et d'un lecteur CD Gato CDD-1 avec convertisseur intégré.

Ce système est sans aucun doute une des excellentes surprises que nous avons eues lors de ce salon : outre le look vintage assez plaisant, la qualité des timbres et l'ampleur de la scène sonore nous ont immédiatement convaincus. Intimiste et feutré sans être étouffé du tout, le rendu était d'un naturel particulièrement agréable. Et vu le prix très contenu du système, nous ne pouvons que le qualifier d'exceptionnel. Nous remerçions d'ailleurs Pink Noise, qui nous aura permis lors de cette première édition du salon High End Brussels de découvrir ces splendides enceintes Harbeth. Pour être honnêtes, nous envisagerons très certainement l'achat de ces belles anglaises lorsque nous serons amenés à mettre en place notre prochain système de référence.

La suite du reportage dédié au salon High End Brussels ici : partie 3.

 

Commentez avec    Disqus Facebook Google+